La Maison des Trois Roys au travers du temps…

Depuis la fin 2011, l’Orangerie des Trois Roys, fait renaitre près de quatre siècles plus tard et après bien des vicissitudes, la tradition gastronomique du site.
D’anciens plans et documents indiquent que, vers 1660, la Maison Trois Roys se dressait tout au long du grand chemin pavé de Paris a Chartres aux emplacements actuels de l’Orangerie des Trois Roys et du Relay du Château.
Cet ensemble correspond a la description de l’ancienne auberge ou Hôtel des Trois Roys face à l’entrée du château.

Ce nom trouvait son origine dans l’appellation « les Trois Mages», fréquente au moyen-age dans de nombreuses villes de France, puis, à partir du XVI siècle, fut remplacée par l’appellation Trois Rois (ou Roys).

L’Orangerie des Trois Roys évoque aujourd’hui à la fois l’établissement d’Antan et la mémoire de l’Orangerie du Comté de Toulouse qui se situait face au «Grand bosquet» du jardin a la française, adossé au château, et qui disparut avec la construction du bailliage royal par Louis XVI.

En 1686, Catherine Adrienne de Godard de Barisseuse, trés pieuse et en quête d’un endroit ou créer une école gratuite pour contribuer à l’instruction des jeunes filles, s’installe à Rambouillet ou aucun établissement de ce type n’existe. Et c’est précisément dans la Maison des Trois Roys, démembrée suite à des successions, qu’elle fonde son institution, avec trois religieuses.

C’était la première Ecole de Rambouillet. Appelée Ecole des soeurs, elle était ouverte à toutes les jeunes filles pauvres et riches de la paroisse. Le temps y était rythmé par le silence et la prière, les lectures saintes et le travail de classe.
En 1837, elle devint l’Ecole des Soeurs de la Sainte Enfance de Jésus et quitta les lieux pour la rue Balveder, actuellement rue Lachaux, en 1866.
C’est aujourd’hui l’école Sainte-Thérèse.

À l’Orangerie des Trois Roys, la décoration est à l’image de la cuisine, tout en sophistication : vitraux colorés, treilles au mur, fer forgé et tableaux contemporains dessinent la personnalité de la maison, qui s’est agrandie en 2016 d’un fumoir feutré des plus cosy.

On découvre dans l’assiette des plats gastronomiques qui subliment le goût de produits d’exception et met en avant les trésors de la mer et de l’océan d’une fraîcheur irréprochable : caviar, homard breton ou huîtres charnues. Rendez-vous avec le bar sauvage grillé, des pâtes fraîches au homard sauce bisque, ou des Saint-Jacques à la plancha. Et que dire des viandes, absolument divines… Les desserts sont tellement surprenants que l’on vous gardera secrètes ces belles surprises dans vos assiettes. Décidément délicieux.

Le restaurant offre également de somptueux plateaux de fruits de mer à emporter ou assortiments de petits fours salés et sucrés pour émerveiller vos convives lors de votre prochain évènement.

Evénements

La carte

Notre cave